Les 40 qui ont moins de 40 ans : Les multigérants indépendants | 09/08/2016

Montaigne Capital est sélectionné dans les "40 multigérants indépendants de moins de 40 ans" par l'antenne des sélectionneurs de fonds, Distrib Invest.


Voir l'article : www.distribinvest.com/fr/portraits/multigestion1/20169/the-40-under-40-les-multigerants-independants.html=

 

--------------

 

Les 40 qui ont moins de 40 ans : Les multigérants indépendants

09.08.16

 

En août, la rédaction de Distrib Invest vous présente une sélection de 40 personnalités de la sélection et distribution de fonds âgées de 40 ans et moins. Retrouvez chaque mardi le profil de 10 acteurs représentant le futur de la profession. Le deuxième volet de cette sélection est dédié aux multigérants indépendants. Parmi eux, nous avons rencontré un médaillé d'or, le fondateur d'une association pour les jeunes acteurs de la finance de moins de 40 ans, une responsable de la multigestion de 25 ans, et beaucoup d'autres talents.

 

Alexandra Aubonnet - 30 ans - Analyste multigestion chez Friedland Gestion

 

2009 : Master en finance de marché à l'université d'Auvergne.

2009 - 2010 : Assistante de gestion sous mandat pour le compte de clients privés chez Asset Allocation Advisors.

2009 - 2012 : Licence de psychologie à l'université Vincennes-Saint-Denis.

2010 - aujourd'hui : Analyste multigestion chez Friedland Gestion.

 

Diplômée en finance de marché à l'université de Clermont-Ferrand, Alexandra Aubonnet a réalisé la quasi totalité de sa jeune carrière chez Friedland Gestion, aux côtés d'Henri-Paul Adad et Nicole Bouton. Intéressée par la psychologie, elle n'hésitera pas à entamer un cursus parallèle à sa vie professionnelle pour obtenir une licence en 2009. Le sujet central de ses travaux ? "Différences entre les genres sur la prise de risque en finance, menace de stéréotype et facilitation sociale".

 

Pierre Burnand - 30 ans - Responsable de la gestion sous mandat chez 360Hixance AM

 

2006 - 2007 : Assistant de gestion chez Bluecap.

2009 : Bachelor business et management international à la KEDGE Business School.

2009 - 2016 : Gérant privé à la Banque Hottinguer.

2016 - aujourd'hui : Responsable de la gestion sous mandat chez 360Hixance AM.

 

L'expérience que Pierre Burnand a connu au sein de la Banque Hottinguer, notamment au contact de son ancien dirigeant, a été très importante dans son parcours. "J'ai travaillé sept ans dans son équipe et c'est lui qui m'a appris à appréhender les marchés et à construire des allocations, explique-t-il. Ce qu'il m'a enseigné de plus précieux, c'est la patience, celle qui empêche d'investir sur un coup de tête simplement parce que le vendeur a été convaincant ; et le sang froid, qui nécessite d'avoir fait un travail de due dilligence approfondi, permettant ensuite de supporter les mouvements brutaux de marché. Sur l'aspect commercial du métier, j'ai également beaucoup appris. J'étais en effet en contact direct avec les clients finaux. C'est aujourd'hui un réel avantage pour comprendre les enjeux et les problématiques de nos clients actuels, les CGP".

 

Antoine Chapelle - 30 ans - Gérant associé chez CBT Gestion

 

2008 : Maîtrise de mathématiques fondamentales appliquées à l'Université de Cergy-Pontoise.

2010 : Diplôme d'ingénierie financière à l'École internationale des Sciences du Traitement de l'Information.

2010 - 2011 : Gestionnaire financier à la Caisse d'Épargne Île-de-France.

2011 - aujourd'hui : Gérant associé chez CBT Gestion.

 

S'il parle spontanément du développement de CBT Gestion lorsqu'on l'interroge sur ses objectifs et ses projets futurs, Antoine Chapelle se confie également sur un projet personnel qui lui tient à coeur, une association qu'il a créée en 2015. "Grâce à mon expérience professionnelle, j’ai eu l’idée de créer l’association The New Financial Circle (TNFC) pour les jeunes acteurs de la finance de moins de 40 ans. Elle leur permet de développer et d'élargir leur réseau professionnel à travers différents événements informels". Une association qu'il espère naturellement voir grandir dans le futur.

 

Emannuel Cuche - 23 ans - Multigérant chez Acer Finance

 

2013 : Double licence en droit et en économie de l’Université Nancy II.

2013 - 2015 : Stages chez Merry Lynch, Finaltis (Hedge Fund Quantitatif) et Lazard Frères Gestion (analyste actions).

2015 : Master 203 "marchés financiers, marchés de matières premières et gestion des risques" de l'Université Paris Dauphine.

2015 : Admission à l’École Normale de Musique de Paris (pianiste concertiste).

2016 - aujourd'hui : Multigérant chez Acer Finance.

 

Benjamin de notre sélection, Emmanuel Cuche a un parcours atypique mêlant une carrière dans la finance et dans la musique classique. "Après mon Bac, j'ai décidé de me diriger vers l'Université plutôt qu'une classe prépa pour pouvoir me consacrer à mes études musicales, d’un niveau professionnel, en parallèle", explique le jeune multigérant. Aujourd'hui, après avoir remporté la médaille d’or du Conservatoire de Nancy ou encore le Concours International de Piano de l’École Polytechnique, Emmanuel Cuche espère continuer à briller sur le front musical comme sur le front financier. "Mes objectifs sont simples, déclare-t-il. Côté finance, gagner en responsabilité et en expérience, et côté passion, toujours aller plus loin. Je suis désormais élève à l’Ecole Normale de Musique de Paris pour viser d’autres concours prestigieux".

 

Charbel Frem - 36 ans - Associé gérant chez Matignon Finances

 

2003 : Master en Banque finance à l'European Business School.

2003 - 2006 : Conseiller financier à la Citibank.

2006 - 2011 : Conseiller en gestion de patrimoine chez Cholet Dupont.

2011 - aujourd'hui : Associé gérant chez Matignon Finances.

 

D'une nature calme et patiente, Charbel Frem n'est pas où il est par hasard. Son aventure entrepreneuriale est le fruit d'un projet qu'il a, en compagnie de ses associés, mûrement réfléchi. "Il y a cinq ans, nous avons décidé d'entreprendre et avons mis en place un plan en deux étapes. Après avoir dépassé les objectifs de la première étape, nous venons d'entamer la seconde, indique-t-il. Cette deuxième étape passera notamment par des formations pour l'équipe et moi-même, la création de fonds ou encore des recrutements", nous confie-t-il.

 

Geoffroy Landoeuer - 38 ans - Gérant, responsable de la multigestion et de la gestion obligataire chez Turgot AM

 

2002 : Master en économie à l'Université Paris X Nanterre.

2003 : DESS Gestion des instruments financiers de l’Université de Cergy-Pontoise

2002 - 2005 : Chargé de gestion financière chez CamGestion.

2006 : Mastère Techniques Financières de l’ESSEC.

2006 - 2013 : Gérant Obligataire chez Oddo AM

2013 - aujourd'hui : Gérant, responsable de la multigestion et de la gestion obligataire chez Turgot AM.

 

Passionné de macroéconomie, c'est avant tout sur l'obligataire que Geoffroy Landoeuer a fait ses armes de gérant. « Chez Oddo, la gestion obligataire était globale, précise-t-il. Nous n’étions pas spécialisés souverains ou crédits, ce qui permettait d’avoir un savoir-faire bond picking sur les govies, l’investment grade, voire le high yield, et les dettes subordonnées ». Il apporte depuis 2013 son expérience des différentes crises qu'il a traversé durant sa jeune carrière (crise de 2007, faillite de Lehman Brothers, crise grecque) à la multigestion de Turgot AM.

 

Dan Sayag - 34 ans - Directeur général délégué et directeur de l'allocation d'actifs d'Amilton AM.

 

2003 : Maîtrise en sciences de gestion, spécialité finance, à l'Université Paris-Dauphine.

2005 : Master international economics and finance de la Brandeis University (Waltham, Massachusetts, États-Unis).

2004 - 2005 : Analyste en stratégie de portefeuilles multi-classes d’actifs chez Morgan Stanley, à Boston.

2005 - 2009 : Associate hedge funds chez JPMorgan, à Londres.

2008 - aujourd'hui : Directeur général délégué et directeur de l'allocation d'actifs d'Amilton AM.

 

De nature optimiste, Dan Sayag se fixe toujours des objectifs ambitieux. "Lorsque j’ai quitté JP Morgan en 2008 pour rejoindre Amilton AM, qui n’avait alors que 35 millions d'euros d’encours, c’était avec la volonté de contribuer activement à un projet entrepreneurial à fort potentiel, révèle-t-il. Je suis donc satisfait de la forte croissance d’Amilton ces dernières années (plus de 600M€ d’encours aujourd’hui, ndlr) et suis convaincu que la marge de progression reste encore importante, tant pour moi, que pour Amilton". Pour en arriver là, Dan Sayag cite notamment les influences de deux supérieurs hiérarchiques chez JP Morgan, Paolo Cuniberti et Jeremy Benamara (respectivement responsable du coverage fonds alternatifs et Banquier d'investissement hedge funds). "Ils m’ont appris à être extrêmement rigoureux dans chaque aspect de mon travail et à viser l’excellence en permanence, se souvient-il. Ils m’ont transmis la conviction que la primauté de l’intérêt du client devait être une priorité absolue en toutes circonstances". S'il espère accélérer le développement de la société dans les deux prochaines années pour atteindre le milliard d'euros d'encours, il ne cache pas un objectif à plus long terme : "se rapprocher des grandes réussites entrepreneuriales du secteur de la gestion d’actifs en France comme Carmignac, DNCA ou Financière de l’Echiquier".

 

Edmond Schaff - 33 ans - Responsable de la sélection de fonds chez Cedrus AM

 

2005 : Maîtrise de Sciences de gestion à l'Université Paris-Dauphine.

2008 : Diplôme de la Télécom École de Management.

2007 - 2010 : Consultant chez Altedia Investment Consulting.

2010 - 2012 : Analyste chez Cedrus Partners.

2012 - aujourd'hui : Analyste senior et responsable de la sélection de fonds (depuis 2013) chez Cedrus AM.

 

A la recherche de sens dans le monde de la finance, Edmond Schaff s'est naturellement tourné vers l'ISR dès le début de sa carrière. Sa rencontre avec Benoît Magnier, actuel CEO de Cedrus AM, aura été décisive. "Je pense qu'il a certainement été la personne qui m’a le plus influencé dans ma carrière puisque je travaille avec lui depuis le début, il y a 10 ans, raconte-t-il. Son degré élevé d’exigence m’a poussé à être toujours plus rigoureux et efficace dans mon travail". Passionné par l'analyse économique et la prise en compte des risques exogènes, Edmond porte un regard inquiet sur la situation écologique actuelle mais reste confiant dans les compétences de l'homme pour relever les différents défis. “La réactualisation du rapport du Club de Rome, publiée en 2002, est pour moi une lecture structurante, explique-t-il. Elle dénonce le risque d’effondrement économique lié à la pollution, la surpopulation ou la raréfaction des ressources, mais avec une probabilité plus élevée qu’en 1972. Cependant, nous avons le potentiel pour innover technologiquement et transformer notre société de manière à éviter ces menaces”.

 

Pauline Tuccella - 25 ans - Analyste et responsable de la multigestion chez Haas Gestion

 

2012 - 2013 : Analyste produits structurés à la Société Générale.

2014 : Master of Science en finance à l’Edhec Business School.

2014 : Analyste produits structurés et portefeuilles privés chez Meeschaert.

2015 - aujourd'hui : Analyste et responsable multigestion chez Haas Gestion.

 

À seulement 25 ans, Pauline Tuccella s'est vu confier des responsabilités qu'elle n'imaginait pas forcément avoir aussi rapidement dans "une société jeune et entrepreneuriale, propice au développement des ambitions personnelles". Elle évoque ainsi avec respect son supérieur et mentor Chaguir Mandjee, directeur de la gestion chez Haas Gestion, qui l'aide à se perfectionner tous les jours. "J’ai la chance de travailler à ses côtés depuis mon arrivée et j’ai pu bénéficier de sa longue expérience des marchés, de son expertise en analyse macroéconomique et dans la sélection de fonds externes, insiste-t-elle. Il m’a notamment appris l’importance de garder son sang-froid en toute circonstance".

 

Pierre Willot - 36 ans - Président de Montaigne Capital

 

2004 : Master en mathématiques à l'école Centrale Paris.

2004 - 2005 : Analyste chez UBS.

2006 : Master à la London School of Economics.

2006 - 2009 : Associate chez ED Capital.

2009 - aujourd'hui : Création de Montaigne Capital dont il est le président.

 

Entrepreneur dans l'âme, Pierre Willot a pour objectif de continuer a développer sa jeune société. "Il y a cinq ans, Montaigne Capital soufflait sa première bougie, se rappelle-t-il. Notre objectif premier était alors de développer un service de la plus grande qualité possible pour nos clients. Je crois que nous pouvons maintenant considérer avoir mis en place un outil performant et nous concentrer sur le développement de notre entreprise, en gardant au cœur de notre ambition le souci permanent de la satisfaction de nos clients". Interrogé sur les personnes ayant compté dans son parcours, Pierre Willot cite notamment Costas Thoupos, un des anciens banquiers du fonds d’investissement dans lequel il travaillait à Londres, et pour lequel il a beaucoup d’admiration. "J'ai eu par la suite la chance de travailler directement avec lui, et il m'a permis d'acquérir, en plus de compétences techniques fondamentales, un savoir-être dont je perçois chaque jour à quel point il est fondateur dans ma vie professionnelle".